Séminaire PCDPA – (Justip, LAIOS/EHESS)

Génocide, Ecocide, ethnocide – droits des peuples autochtones  

Le 10 juin 2021, de 13 à 17h

Webinar zoom

Ecrire à  / Write to / Escribir a Seminar.PCDPA@gmail.com  pour lien et codes d’accès / links and codes / enlaces y codigos

Intervenant.e.s

Irène Bellier : Anthropologue, directrice de recherches au CNRS, vice-présidente du Gitpa, elle a travaillé en Amazonie péruvienne sur les questions de genre dans la société maihuna, puis sur la fabrique des institutions de pouvoir en Europe et enfin sur les droits des peuples autochtones à l’échelle internationale. Elle s’intéresse aux frictions de la globalisation qui pèsent sur les peuples autochtones, suscitent de violents conflits et nourrissent leurs demandes de justice.

Valérie Cabanes : Juriste en droit international, spécialisée dans les droits de l’homme et le droit humanitaire, elle œuvre depuis 2013 à la reconnaissance des droits de la nature et du crime d’écocide au sein la Fondation Stop Ecocide. Présidente d’Honneur de Notre affaire à tous, elle est experte au sein de l’initiative des Nations unies Harmony with Nature et membre du comité de direction de la Global Alliance for the Rights of Nature.

William Bourdon : avocat inscrit au Barreau de Paris, engagé sur le plan international pour la défense des Droits de l’Homme. Secrétaire général de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme, chargé de la coopération judiciaire et juridique de 1995 à 2000, il est membre du Comité de soutien de Paris de Human Rights Watch et du Conseil d’Administration de la Fondation France Libertés. Avocat de parties civiles et victimes de crimes contre l’humanité, de crime de guerre, de génocide et de crimes économiques, il a mis en place SHERPA, une association à but non lucratif, fondée en 2001 en vue de protéger et défendre les populations victimes de crimes économiques et préside actuellement la Plateforme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique (PLAAF).

Résumés des interventions

Irène Bellier : Les peuples autochtones face au génocide, à l’ethnocide, à l’écocide

Cent cinquante États sont parties à la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide (CPRCG), adoptée en 1948. Certains sont concernés par des actes que l’on peut qualifier de génocidaires à l’encontre de peuples autochtones. Mais rares sont les poursuites contre les personnes civiles ou militaires qui ont commis ces crimes. Les récits des autochtones offrent de solides repères pour appréhender la diversité des formes, pays, continents concernés par la mort programmée ou exécutée de personnes et de peuples autochtones. Si l’on peut distinguer les situations de « disparition » sous trois rubriques associées au suffixe [-cide], du terme latin caedere « tuer, massacrer, abattre, détruire » __génocide, ethnocide, écocide__ ces formes de mort physique, sociale et environnementale sont toutes pertinentes à propos des peuples autochtones.

Valérie Cabanes : Le crime d’écocide

Comment définir un crime, l’écocide, dont les conséquences sont gravissimes mais les causes encore légales? Les données scientifiques permettent de qualifier ce qui ne devrait plus être toléré. Après que les chercheurs du Stockholm Resilience Centre ont répertorié en 2009 les neuf « points de bascule » ou « limites planétaires » au-delà desquels l’habitabilité de la planète est menacée, il s’agit de voir comment établir des normes juridiques contraignantes, comportant un aspect de responsabilité pénale. Une responsabilité encore niée par les dirigeants politiques et économiques. Ces principes passent aussi par des modalités complexes de représentation des intérêts des espèces et systèmes vivants naturels par des « tuteurs » ou « gardiens », principes qui construisent  une jurisprudence de la Terre et dont elle développe les contours et enjeux dans ses livres et articles. 

William Bourdon : Porter plainte à la Cour pénale internationale

Le 22 janvier 2021, Raoni Metuktire, cacique Kayapo, conjointement avec Almir Surui, chef des Pater Surui, ont déposé devant la Cour pénale internationale une plainte, forte de 65 pages et 21 pièces à conviction. Avec leur avocat, W. Bourdon, ils accusent Jair Bolsonaro et plusieurs de ses ministres d’extermination et de crimes contre l’humanité caractéristiques d’un écocide de masse. La communication explorera les coulisses de l’institution internationale, dévoilera les modalités de l’agir politico-juridique qui rassemble des leaders autochtones amazoniens, des avocats européens, des organisations de soutien, ainsi que les perspectives qu’ouvre cette action.

Pour accompagner  le séminaire … de lecture

Bourdon William,  La Cour pénale internationale et le statut de Rome (Seuil, 1999).

Bourdon William, Face aux crimes du marché. Quelles armes juridiques pour les citoyens ? (La Découverte, 2010)

Cabanes Valérie, Un Nouveau droit pour la Terre (Seuil, 2016).

Cabanes Valérie, « Reconnaître le crime d’écocide », Revue Projet 2016/4, n°353, pp. 70-73, https://www.cairn.info/revue-projet-2016-4-page-70.htm

Cabanes Valérie, « Comment défendre la planète en justice ? »,  Metropolitiques 2018/02 

https://metropolitiques.eu/Comment-defendre-la-planete-en-justice.html

Clastres, Pierre, “De l’ethnocide”, L’Homme, 1974, 3-4, pp. 101-110,

https://www.persee.fr/doc/hom_0439-4216_1974_num_14_3_367479

Contact et informations : ibellier@ehess.fr

https://www.facebook.com/perspectivesdroitspeuplesautochtones/


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.